Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Stade Lavallois Museum

Site consacré à l'histoire de l'équipe de football du Stade Lavallois et aux valeurs portées par les joueurs au maillot tango.

Mon Stade Lavallois : un rêve

Merci à Ouest France d'avoir pendant de longues semaines mis à l'honneur 45 personnages emblématiques de l'histoire du Stade Lavallois ( entraîneurs , joueurs et dirigeants ) . Pour clôturer cette série Ouest France a souhaité donner la parole à ses lecteurs pour décrire son stade lavalllois ( https://www.ouest-france.fr/sport/football/stade-lavallois/retro-stade-lavallois-l-histoire-tango-vue-par-les-lecteurs-d-ouest-france-7132010?fbclid=IwAR1zF735T1OMWDmRnpVJVnQNp1AYnJy4gIliSSxVqQcOBLAxUY1v7xYFz4A ) .Vous trouverez ci dessous le texte intégral envoyé à Ouest France et publié en partie aujourd'hui ( la publication recueille mon total accord et ne trahie en rien la philosophie du texte ). En espérant que Ouest France puisse publier rapidement ces portraits sous forme d'un livre ou d'une revue .
 
Mon Stade Lavallois : Un rêve
 
"Mon stade lavallois était un rêve, trop beau surement pour durer. Un rêve de croire que la ville où je suis né, aux confins de nulle part, ignorée de tous ,pouvait se construire un avenir et tutoyer les métropoles grâce au ballon rond.
J’aimais la vision d’un Bisson , la rigueur d’un Béchu , la sagesse d’un Mimi , la fougue d’un Kéru ,l’intelligence d’un Delamontagne , le talent d’un Souto , la force d’un Krause , l’abnégation d’un Goudet, la folie d’un Youm, l’humilité d’un Zanko ,la hargne d’un Gonçalves ou la fidélité d’un Buzaré.
J’aimais ces match à Le Basser, l’ambiance des populaires et ces odeurs de frites.
J’aimais ces soirs, où l’oreille collait à la radio nous attendions fébrilement ce « but à Laval ».
J’aimais cette ville et ce département qui respiraient le football.
J’aimais cette passion et cette envie.
Mais ce rêve se termine doucement, comme finissent souvent les rêves, rattrapés par une réalité qui résume de plus en plus le sport à une triste équation économique ou à des cibles marketing.
Ce rêve nous l’avons aussi collectivement laissé s’éteindre souvent par facilité parfois par lâcheté ou calcul.
Alors avant que les projecteurs de Le Basser ne s’éteignent sur le football professionnel à LAVAL, il convient de penser à ces hommes qui ont fait briller nos couleurs tango et ont, année après années, construit ce qui restera à jamais comme l’une des belles histoires collectives de ce département. Je veux remercier juste les 25 membres du comité directeur du stade lavallois qui en ce 14 juin 1976 ont pris cette « folle mais inévitable décision » d’accepter contre tous les sceptiques et les conservatismes, le professionnalisme. Ils ont par ce vote courageux apporté pendant plus de 40 ans du bonheur à des milliers des gens et surtout la fierté qui leur manquait.
Il me restera de ces années merveilleuses des vignettes collées dans de vieux albums, des maillots siglés Président pour ne jamais oublier cette histoire extraordinaire du stade lavallois, celle d’un petit club, d’une petite ville et d’un petit département qui ont fait rêver la France et l’Europe mais n’ont jamais cru réellement au rêve d’un vieil homme à l’optimisme d’un gamin, Henri Bisson."
Laurent Villebrun
Mon Stade Lavallois : un rêve
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article